Vladimir Volkoff – Petite histoire de la désinformation

Les remparts culturels tombent les uns après les autres comme les murs de Jéricho à l’appel des trompettes multinationales, et l’individu, privé des défenses naturelles de la famille, de la tribu, de l’artisanat, de la nation, de la religion, de la langue, de ce que j’ai appelé le nous opposé au je, sombre dans le on informe d’une humanité non différenciée : sous prétexte d’ouverture au monde, il demeure seul et sans défense devant son poste de télévision, cet entonnoir universel de la désinformation.

Antoine de Saint-Exupery – Le petit Prince

Vous êtes belles mais vous êtes vides, leur dit-il encore. On ne peut pas mourir pour vous. Bien sûr, ma rose à moi, un passant ordinaire croirait qu’elle vous ressemble. Mais à elle seule elle est plus importante que vous toutes, puisque c’est elle que j’ai arrosée. Puisque c’est elle que j’ai mise sous globe, Puisque c’est elle que j’ai abritée par le paravent. Puisque c’est elle dont j’ai tué les chenilles (sauf les deux ou trois pour les papillons). Puisque c’est elle que j’ai écoutée se plaindre, ou se vanter, ou même quelquefois se taire. Puisque c’est ma rose.

Si vous n’avez jamais lu ce conte philosophique vous devriez prendre le temps ! (ici)